Que réclament les gilets jaunes?

Cela fait désormais onze semaines que le mouvement a commencé. Trois mois que des citoyens, jeunes et moins jeunes, vêtus de gilets jaunes occupent les ronds-points et manifestent le weekend. Bien que le mouvement ait été initié par la contestation de la hausse du prix du carburant, les motivations sont en fait bien plus nombreuses. L’absence de structure au sein de ce mouvement rend compliqué l’expression de celles-ci. Tentons d’y voir plus clair.



Un grand débat national

Voyant que le mouvement ne s’essoufflait pas et parce qu’il ne pouvait faire la sourde oreille éternellement, le président de la République, dans une allocution du 10 décembre 2018, a proposé un Grand débat national. Cette consultation nationale, doit s’articuler autour de quatre thèmes : la transition écologique, la fiscalité, la démocratie et la citoyenneté ainsi que l’organisation de l’Etat et des services publics. Plusieurs solutions ont été mises en place pour recueillir les avis des citoyens sur ces sujets.



Des cahiers de doléances

Au niveau local des cahiers de doléances avaient déjà été mis en place, notamment dans les mairies. Cette pratique a donc été généralisée.

Des stands de proximité seront également installés dans des lieux de passage pour recueillir l’avis des passants qui souhaiteraient s’exprimer.

Enfin, des Conférences citoyennes régionales seront organisées dès le 1er mars. Des français devraient être tirés au sort afin de débattre avec les « représentants de diverses parties prenantes ».



Une première plateforme participative sabotée par des collectifs militants

En plus de s’enquérir des doléances des français directement sur leurs lieux de vie, une première plateforme participative a été mise en place par le Conseil économique, social et environnemental (CESE) mi-décembre. La consultation intitulée « Avec ou sans gilet jaune, citoyennes et citoyens, exprimez-vous » s’est achevée le 4 janvier 2019. Ainsi, 9058 contributions ont été recueillies et plus de 31 000 personnes ont participé. La consultation était limitée à six thèmes : inégalités sociales, justice fiscale, inégalités territoriales, pouvoir d’achat, participation des citoyens et transition écologique. A présent, une commission de travail doit produire pour le 31 mars « un avis qui reflétera la diversité des positions exprimées, répondre explicitement aux propositions les plus soutenues et formuler des pistes de solutions qu’il conviendra au gouvernement d’analyser et d’en choisir le destin ».

Les premiers retours sur l’utilisation qui a été faite de cette plateforme sont très mitigés. En effet, celle-ci a été prise d’assaut par des partisans de collectifs militants apparentés à La manif pour tous. Ainsi des propositions telles que « L’abrogation de la loi Taubira » ou encore « Abolition universelle de la GPA » ont recueilli de nombreux votes.



Une seconde plateforme de consultation en ligne très critiquée

Actuellement une nouvelle plateforme de consultation en ligne est ouverte. Accessible sur le site du granddebat, elle est ouverte depuis le 15 janvier et permet aux citoyens de faire des propositions sur les quatre thèmes évoqués plus tôt. Cette plateforme est déjà vivement critiquée. En effet, le système mis en place est loin de permettre une vraie participation démocratique. Deux choix s’offrent à l’internaute qui souhaiterait participer. Soit répondre à un questionnaire, sans aucune possibilité de réponse libre ; soit déposer une proposition, mais là encore il faudra répondre à des questions, avec quelquefois la possibilité de composer soi-même la réponse. Certains y ont vu une « consultation guidée » et non un débat. Car en effet il n’y a aucune interaction possible. Il est uniquement permis de consulter les propositions déjà déposées sans pouvoir émettre un avis. Cela est d’autant plus mal accepté qu’il est tout à fait possible techniquement de mettre en place un système participatif.



Les gilets jaunes lancent leur propre plateforme de consultation en ligne

Face à ce constat des membres des gilets jaunes ont décidé de contacter les créateurs de cette plateforme, la société Cap Collectif,  pour leur demander d’en créer une seconde, plus démocratique, permettant de débattre réellement. C’est ainsi qu’a été mis en place le-vrai-debat. Sur cet espace neuf thèmes sont proposés :

  • Démocratie / Institutions,
  • Transition écologique & solidarité, Agriculture & Alimentation, Transport
  • Justice, Police, Armée
  • Europe, Affaires étrangères, Outre-mer
  • Santé, Solidarité, Handicap
  • Economie, Finances, Travail, Comptes publics
  • Education, Jeunesse, Enseignement supérieur, Recherche et innovation
  • Sport, Culture
  • Expression libre, sujet de société


Une réelle possibilité de s’exprimer

Ici pas de questionnaire mais un réel espace d’expression. Pour participer il faut indiquer un titre à la proposition, expliquer les bénéfices de celle-ci et éventuellement sourcer ses propos. Il est ensuite possible pour tout le monde de voter pour cette proposition : d’accord, pas d’accord, mitigé. Il est également possible d’ajouter un argument à son vote.

Reste à savoir comment une synthèse des propositions émises pourra être faite et dans quel délai. En attendant les résultats définitifs, on peut déjà relever quelques idées plébiscitées par les votants :

  • Le Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC)
  • La prise en compte des votes blancs
  • L’interdiction du glyphosate
  • Aider les agriculteurs souhaitant passer au BIO
  • Sanctionner financièrement les entreprises polluantes
  • Vente des médicaments à l’unité
  • Diminuer les vacances scolaires (voilà une proposition qui va faire plaisir aux enfants !)
  • Casier judiciaire vierge pour tous les élus


Le risque d’un retour en arrière

Malheureusement, il y a également des propositions plus dangereuses, telles que la restauration de la peine de mort, la sortie de l’Union européenne ou de la zone euro, la suppression des vaccins infantiles, la réduction du budget de la culture et la suppression du ministère, la suppression de la loi autorisant le mariage homosexuel…



Huit propositions formulées lors d’un débat télévisé

D’autres revendications ont émergé lors du débat télévisé animé par Cyril HANOUNA et la secrétaire d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, Marlène SCHIAPPA, le 25 janvier dernier. Après plus de trois heures d’émission, huit propositions ont été retenues :

  • La mise en place d’une brigade anti-discrimination, que la secrétaire d’Etat s’est d’ores-et-déjà engagée à créer
  • La TVA à taux zéro sur les produits de première nécessité
  • L’augmentation de 2 à 4% du budget des hôpitaux
  • Le rétablissement de l’ISF
  • Le réexamen des niches fiscales
  • L’instauration d’une peine de prison pour les fraudeurs fiscaux
  • L’attribution du CICE uniquement aux TPE et PME
  • La révision des cycles horaires de la police

Les plateformes seront fermées le 03 mars pour le vrai débat et le 15 mars pour le grand débat.
Et vous, allez-vous participer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *